Accueil Revue de presse Petite nature? 36 questions pour décoder le lac

Petite nature? 36 questions pour décoder le lac

Le lac peut-il déborder ? Son eau est-elle trop propre ? Peut-on y trouver des silures, des algues, du pétrole ou des perles ? Le lac Léman est omniprésent dans le quotidien de ses riverains. On s’y baigne, on y pêche, on le longe ou on le traverse, on l’admire, on y puise chaque année 80 milliards de litres d’eau. Mais connaît-on sa vraie nature ? Cette exposition dévoile quelques-uns de ses secrets : ses origines, son fonctionnement, la vie de ses habitants à plumes, à écailles ou à feuilles. Elle traverse le temps pour mieux nous projeter dans l’avenir de ce lac qui, en dépit de sa force, reste vulnérable face aux changements climatiques et aux comportements humains.

Chaque question/réponse est illustrée de nombreux objets et images symboliques et démonstratifs, tels une gamme de couleurs originale pour illustrer les teintes des eaux du lac, une bouteille à pêcher l’eau fraîche pour aborder la question de la potabilité de l’eau ou un cygne à bascule pour traiter des espèces invasives. L’exposition présente également et interprète un grand vitrail Art nouveau de l’Atelier Pierre Chiara de Lausanne, datant de 1908 et reçu en donation de la famille Richard en 2017. Entièrement restauré grâce au soutien de la Fondation Dubois, il représente une vue du lac agrémentée d’éléments de la faune et de la flore lémaniques. De plus, des ateliers thématiques adaptés à chaque public (familles, écoles, seniors, en situation de handicap) sont proposés pour vivre au mieux l’expérience « Petite nature ? » selon les besoins et envies de chacun.

Les sciences naturelles au centre de l’exposition

Petite nature a été imaginée et réalisée par Marianne Chevassus, Anne-Sophie Deville et Lionel Gauthier. L’exposition présente le lac du point de vue des sciences naturelles, de la biologie à la géologie, en passant par la botanique, la météorologie ou la courantologie. Pour s’assurer de la pertinence de son approche et de l’exactitude des informations qu’elle donne, le musée a créé un comité scientifique composé de Lionel Fontannaz (météorologue), Stéphanie Girardclos (limnogéologue), Stéphan Jacquet (écologue aquatique et microbiologiste) et Audrey Klein (ingénieure en environnement). 

Ville de Nyon