Accueil Revue de presse Pierre Maudet aurait ordonné lui-même l’ouverture express de L’Escobar

Pierre Maudet aurait ordonné lui-même l’ouverture express de L’Escobar

Le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet aurait joué un rôle actif dans l’ouverture du bar de son ami libanais, L’Escobar. C’est ce qui ressort de la nouvelle perquisition que la justice a effectué hier, jeudi, au sein de la Police du commerce et de lutte contre le travail au noir (PCTN, ex-Service du commerce (Scom)). Selon nos informations, le directeur du service ainsi que deux fonctionnaires ont été entendus. Et ce qui ressort est accablant pour le magistrat PLR.

Selon leurs dires, le Scom de l’époque a délivré une autorisation à L’Escobar alors que sa demande n’était pas conforme. Et cela en un temps record, soit sept jours ouvrables. Pour rappel, il faut environ un mois et demi en moyenne pour obtenir le précieux sésame. Dans le cas d’espèce, la demande d’autorisation ne répondait pas aux exigences réglementaires. Si bien que le système informatique du Service du commerce a refusé de délivrer le permis en question. Sur demande de Pierre Maudet, un fonctionnaire a été obligé de délivrer l’autorisation sous format Word.

Pressions multiples

Lors d’une précédente audition, il y a une quinzaine de jours, le directeur du Scom avait déjà parlé de l’ingérence du bras droit du conseiller d’Etat, Patrick Baud-Lavigne, dans le dossier de L’Escobar. Le chef de cabinet serait venu en personne dans le bureau du haut-fonctionnaire pour l’enjoindre à agir rapidement. De même que l’ami libanais de Pierre Maudet, Antoine Daher. La nouvelle audition montre donc que le magistrat lui-même se serait immiscé dans le processus pour accélérer l’ouverture de l’établissement où il a fêté son anniversaire, le 3 mars dernier. Contacté, le Ministère public genevois ne souhaite faire aucun commentaire. L’avocat de Pierre Maudet, Me Grégoire Mangeat, reste pour l’heure injoignable. Quant au conseil de l’ex-bras droit de l’édile, Me Jean-Marc Carnicé, il estime « qu’il n’y a rien eu d’illicite avec l’obtention de cette autorisation ».

Prévention alourdie?

Pierre Maudet et Patrick Baud-Lavigne sont prévenus d’acceptation d’un avantage dans le cadre de leur voyage controversé à Abu Dhabi, du 26 au 30 novembre 2015. Mais il n’est pas impossible que ce nouvel élément vient alourdir la prévention, selon plusieurs pénalistes que nous avons contactés ainsi que l’organisme Transparency International. Ils expliquent que dès lors qu’il est demandé à un fonctionnaire de commettre un tel acte, l’abus d’autorité peut être invoqué.

@GhufranBron

Collaboration: RL

Radio Lac