Accueil Revue de presse Pas davantage de contrôle de l’expérimentation animale à Genève

Pas davantage de contrôle de l’expérimentation animale à Genève

Les contrôles sur les expérimentations animales ne seront pas renforcés. Les Genevois ont refusé l’initiative en ce sens, dimanche, par 64,42% de voix. 

Il n’y aura pas de contrôle renforcé de l’expérimentation animale dans le canton de Genève. La population genevoise a refusé dimanche l’initiative de la Ligue suisse contre la vivisection (LSCV) par 64,4% des voix. L’objet visait à modifier le fonctionnement de la commission cantonale pour les expérimentations sur les animaux. Elle demandait notamment d’accorder un droit de recours à chaque membre de cette commission. Les HUG et l’Université de Genève avaient fait bloc contre cette initiative, déclarant que le texte mettrait la recherche médicale en péril et que ces expérimentations étaient nécessaires. Un soulagement donc pour Yves Flückiger, recteur de l’UNIGE.

Yves Flückiger Recteur de l’UNIGE

Pour Luc Fournier, président de la LSCV et qui a porté cette initiative, cette défaite est toutefois encourageante. Selon lui, cela démontre qu’un tiers de la population souhaite faire bouger les choses. Luc Fournier.

Luc Fournier Président de la LSCV

Pour les chercheurs, ces expérimentations sont donc primordiales et pour beaucoup d’entre elles, il n’existe à l’heure actuelle pas d’autre choix. Luc Fournier ne dément pas cet argument. Mais pas question pour lui de s’en accommoder.

Luc Fournier Président de la LSCV

Alors que la LSCV se bat pour privilégier les alternatives, du côté de l’Université, on assure y avoir actuellement recours lorsque cela est possible. Yves Flückiger.

Yves Flückiger Recteur de l’UNIGE

Chaque année, environ 40’000 animaux qui servent à l’expérimentation, à Genève.

Radio Lac