Accueil Revue de presse Les infractions dans le domaine du marché du travail sont stables

Les infractions dans le domaine du marché du travail sont stables

En 2018, à Genève, les infractions dans le domaine du marché du travail sont restées plutôt stables . Mais les contrôles des trois organes de surveillance restent indispensables.

L’OCIRT, l’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail, a effectué plus de 1800 contrôles auprès des entreprises, l’an dernier. 80% des entreprises suisses contrôlées étaient en conformité. Seules 7% d’entre elles pratiquaient la sous-enchère salariale. Du côté des entreprises étrangères, qui détachent des employés en Suisse, les infractions étaient plus nombreuses. Seules un tiers étaient conformes.

Les commissions paritaires, qui réunissent syndicats et patrons, ont contrôlé, elles, plus de 7’700 travailleurs dans des entreprises suisses. 27% étaient victimes de dumping salarial. Parmi les 460 entreprises étrangères contrôlées, ce chiffre grimpait à 39%. Le contrôle reste essentiel pour Mauro Poggia, le Conseiller d’Etat chargé de l’emploi.

Mauro Poggia Conseiller d’Etat chargé de l’emploi

L’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail opère également un contrôle à travers les permis de travail octroyés. De nouvelles pratiques sont apparues. Les explications de Christina Stoll directrice générale de l’OCIRT.

Christina Stoll Directrice générale de l’OCIRT

Les inspections sont plus importantes que jamais pour Alessandro Pelizarri, le président de la Communauté genevoise d’action syndicale.

Alessandro Pelizzari Président de la CGAS

L’inspection paritaire des entreprises, mise en place il y a trois ans, a contrôlé 370 entreprises en 2018. Près d’un cinquième d’entre elles pratiquaient le dumping salarial. Notez que Genève reste, avec le Tessin, est le canton qui pratique le plus de contrôle.

 

Radio Lac