Accueil Revue de presse Le monde de demain: les nouveaux services de santé des taxis

Le monde de demain: les nouveaux services de santé des taxis

Les taxis genevois ont dû se réinventer avec la crise du coronavirus… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Les taxis qui, pour certains, à peine 15% d’entre eux, ont continué de travailler pendant le semi-confinement, cela représente une 100aine de chauffeurs sur les routes genevoises, non sans mal tant il est difficile de respecter les barrières de distanciation réclamées par l’OFSP entre le siège avant du chauffeur et la banquette arrière du client… Conséquence: le nombre de courses a réduit drastiquement. On parle d’une chute de 85 à 90% du business pendant la crise. Il a donc fallu repenser les offres avec de nouveaux services. Les chauffeurs affiliés à Taxiphone, par exemple, participent à leur mesure à la lutte contre le virus  en assurant des livraisons à domicile avec Genève Avenue, pour la nourriture ou des biens de 1ère nécessité. Certains taxis ont également transporter des échantillons ou des tests sanguins… 

Ces “services de santé” dans les taxis vont encore s’intensifier

La centrale Taxiphone propose depuis peu un service spécial de “transport sanitaire Covid-19”. Une option que vous pouvez activer en réservant votre taxi, directement via l’application “Taxiphone Genève” via IOS ou Google Play. Le service est assuré par des chauffeurs indépendants : des volontaires uniquement. Ils sont 10% environ des chauffeurs affiliés à la plateforme à avoir rejoint cette flotte dédiée Covid-19. Ils ont même signé une charte qui les engage. Ainsi, ils portent un masque FFP2 et des gants, ils roulent vitres ouvertes, tous les points de contacts sont désinfectés entre chaque course et certains ont déjà installé un plexiglas pour séparer l’avant et l’arrière du véhicule, enfin les paiements se font sans contact. De quoi transporter dans de bonnes conditions ceux qui doivent se rendre à l’hôpital, malades comme personnel soignant en 1er lieu. Et il y a déjà de la demande, assure le directeur de Taxiphone Cédric Bouchard, qui précise que le prix de la course n’est pas majoré.  

 

Radio Lac