Accueil Revue de presse Le chirurgien Philippe Morel s’explique de la présence de Pierre Maudet lors...

Le chirurgien Philippe Morel s’explique de la présence de Pierre Maudet lors d’une opération

Le chirurgien Philippe Morel s’est expliqué ce matin au micro d’Olivier Francey de la présence du conseiller d’Etat Pierre Maudet lors d’une opération survenue le 24 septembre. Des faits dénoncés à la Commission cantonale de surveillance des professions de la santé et des droits des patients ainsi qu’au procureur général, Olivier Jornot. Et une enquête interne aux HUG ouverte.

Rappel des faits avec Raphael Leroy

Le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet se retrouve au cœur d’une nouvelle dénonciation à la justice. Invité au bloc opératoire par son collègue de parti et professeur Philippe Morel il y a deux semaines, le libéral-radical a manipulé un robot chirurgien durant une intervention sensible. Résultat: une enquête interne a été ouverte et vient d’établir les faits ce lundi. Ceux-ci ont été dénoncés à la Commission cantonale de surveillance des professions de la santé et des droits des patients ainsi qu’au procureur général, Olivier Jornot.

Les faits datent du 24 septembre dernier. Ce jour-là, Pierre Maudet se rend au bloc opératoire pour assister à une intervention chirurgicale robotique menée par le professeur Philippe Morel.  «Cette visite faisait suite à une discussion, il y a quelques mois, au cours de la quelle le conseiller d’Etat avait fait part au professeur de son intérêt pour tout ce qui touche à l’innovation et à la haute technologie, explique Nicolas de Saussure, porte-parole des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Les HUG avaient été informés de cette possibilité et en avaient accepté le principe pour autant que la patiente en soit informée et ait donné son consentement éclairé.»

Actes pouvant relever du code pénal

L’opération est délicate. Il s’agit de retirer la tumeur d’une patiente gravement malade. Lors de l’intervention qui a duré plus de dix heures, Philippe Morel invite le magistrat PLR à s’asseoir à la console d’assistance et à manipuler le robot Da Vinci, fraîchement acquis par l’hôpital. Ce que Pierre Maudet fit à la stupeur des membres du personnel présents lors de l’intervention. Ces derniers ont alors signalé un « événement indésirable grave » à la direction générale des HUG.

Une enquête interne a alors été diligentée et menée par un groupe interdisciplinaire de l’hôpital. Ses conclusions sont sans appel: le professeur Morel n’a pas « informée au préalable » la patiente de la visite de Pierre Maudet; il a de surcroît « proposé au visiteur de s’asseoir à la deuxième console et de manipuler les commandes en cours d’intervention chirurgicale » sans toutefois toucher les tissus de la patiente. « Le fait qu’un chirurgien fasse intervenir un tiers non formé à manipuler un dispositif chirurgical au cours d’une intervention peut être interprété comme étant de nature à contrevenir à la loi et au code pénal, indique Nicolas de Saussure. Qu’il le fasse sans le consentement de la personne est, en plus, contraire à la déontologie professionnelle. » Les HUG ont donc dénoncé ces faits ce lundi à la Commission de surveillance des professions de la santé et des droits des patients ainsi qu’au Ministère public.

Philippe Morel va porter plainte

Contacté, les services de Pierre Maudet estiment que « les éléments jugés problématiques transmis n’étant pas du fait de Monsieur Maudet, il n’a pas de commentaires à faire ». Le professeur Philippe Morel, lui, fulmine. « Je conteste formellement une partie du rapport. Je conteste formellement que Pierre Maudet ait pris le contrôle du robot. Je n’ai d’ailleurs pas besoin de lui pour opérer. La famille de la patiente était au courant de cette visite. Ce qui compte pour elle c’est que la tumeur ait été enlevée, ce qui est le cas. Aujourd’hui, elle se porte très bien. »

Le professeur, aujourd’hui actif dans le privé ne compte pas en rester là. «Je vais porter plainte pour diffamation et me réserve le droit d’aller encore plus loin. C’est un non-événement monté en épingle pour me nuire.»

 

Radio Lac