Accueil Revue de presse L’assurance maladie, le plus gros scandale de ce pays

L’assurance maladie, le plus gros scandale de ce pays

J’avoue que j’ai du mal à m’y retrouver, avec toutes ces formules différentes, les franchises, etc…

Dans tous les cas, il n’y aura pas de bonne surprises, ça va vous coûter un bras. Alors certes, cette année, l’augmentation des primes est modérée, 1.2% en moyenne. Ca n’est pas vraiment mieux, en fait c’est moins pire. Une bonne vieille méthode Coué, version politique : tu vas payer plus, mais moins que ce à quoi on s’attendait, alors tu devrais être content, non ?

Pour moi, cette histoire d’assurance maladie est le plus gros scandale de ce pays, s’il n’y en avait qu’un. Chaque année, de plus en plus de familles n’arrivent pas à payer leurs primes. Et celles qui y parviennent encore prennent des franchises à 2500 francs.

Depuis des années, on nous répète que si la santé coûte si cher, ce n’est pas la faute du système, non non non, le système il est super. C’est de notre faute à tous. De la faute des parents, qui s’inquiètent trop vite quand leur enfant a de la fièvre. De la faute des citoyens, qui se précipitent aux urgences avec un rhume.

Abordez ce sujet dans une soirée, et vous verrez que la culpabilisation collective a excellemment bien marché. Tout le monde est persuadé de vivre entouré d’hypocondriaques. Et c’est à celui qui se vante de ne pas être allé consulter depuis des années. Bravo, tu veux une médaille ?

Alors voilà, c’est ça, la vie dans un des pays les plus riches du monde ? Ca étonne beaucoup mes amis français quand je leur en parle. Ici, quand t’as mal au ventre, tu serres les dents. Des dents que tu ne vas pas faire soigner, parce que sinon tu te mets dans le rouge.

Alain Berset a présenté récemment des mesures pour baisser les coûts de la santé. Parmi ces mesures, il veut obliger les médecins à envoyer leur facture au patient. Pour que, je cite, « les patients puissent ainsi mieux contrôler si les prestations indiquées correspondent au traitement reçu ».

Je vais vous dire. Moi j’ai l’habitude d’aller chez le médecin quand je suis malade. Et je constate que pour comprendre quelque chose aux factures, il faut se lever tôt. La transparence, ça n’est pas pour les soignants. Combien de fois, tu restes 5 minutes dans le cabinet, et tu te retrouves avec 150 balles à payer dans les trente jours ? Supplément pour prestations de médecin de famille, paf 10 balles. Dernière période de 5 minutes de consultation, paf 6 balles. Prestation médicale en l’absence du patient- paf, 17 balles – le mec il fait une photocopie ou prend quelques notes, et tu casques.

Qui, ici, a déjà demandé des comptes à son médecin sur la facturation ? Pas moi. Parce que quand tu es en culottes face à la personne qui va peut-être te sauver la vie, ou en tout cas la rendre moins désagréable, tu ne vas pas lui demander des comptes. Un médecin, c’est pas un vendeur de casseroles. Tu vas pas comparer les prix sur Amazon. En général, tu préfères qu’il t’aie à la bonne. Et t’essaie de lui rester fidèle.

Bien sûr, que par principe, les médecins sont des gens honnêtes. Mais comme dans tout métier, il y a des abus. Et le problème, c’est que ni l’Etat, ni les assurances, ne contrôlent vraiment comment ils se font payer.

C’est aussi ce que pensent beaucoup d’assurés en Suisse, dont le collectif qui lutte contre l’augmentation des primes d’assurance maladie. Une manifestation est prévue à Genève le 19 novembre. A vos agendas, et sans rancune.

Marie Maurisse Sans rancune

Radio Lac