Accueil Revue de presse L’Amazonie réunit 400 personnes sur la place des Nations à Genève

L’Amazonie réunit 400 personnes sur la place des Nations à Genève

A Genève mercredi soir, les incendies en Amazonie ont réuni près de 400 personnes devant l’ONU. Les manifestants voulaient marquer leur soutien à la forêt amazonienne et aux peuples autochtones.

Dans la foule, des jeunes manifestants pour le climat, des représentants politiques, des aînés et pas mal de personnes d’origine latino-américaine. Sur les pancartes on peut lire des slogans hostiles à Jaïr Bolsonaro, le président brésilien. Mais aussi des appels à refuser l’accord de libre-échange AELE/Mercosur que le gouvernement suisse vient de signer et que le parlement doit encore ratifier.

Au sol, à côté de la chaise brisée de la place des Nations, un mandala géant fait de fleurs et de feuilles. L’œuvre de Rita, une des initiatrice du rassemblement. Elle a lancé ce mouvement citoyen sur Facebook la semaine dernière.

Rita Initiatrice de l’appel sur Facebook

Les orateurs se sont succédés pour dénoncer la politique de Jaïr Bolsonaro favorable aux grandes entreprises et à l’exploitation de la forêt. Certains ont appelé au boycott des produits brésiliens, soja et bois exotiques en tête. Comme Sonia, elle vient de Sao Paulo et elle lance un cri du coeur aux responsables des Nations Unies.

Sonia

400 manifestants sur la place des Nations, le succès de l’appel d’une simple citoyenne sur Facebook démontre bien que les gens se sentent concernés. C’est d’ailleurs ce que confirme le petit sondage effectué par Arthur Mahon mercredi matin dans les rues de Genève.

Micro-trot feu

Selon l’institut national de recherche spatial brésilien, les incendies ont augmenté de 83% cet été par rapport à l’année dernière. En 50 ans, l’Amazonie, qui court sur 9 pays a déjà perdu 17% de sa forêt.

 

 

 

 

Radio Lac