Accueil Revue de presse Crèches suburbaines: une pétition pour améliorer les conditions de travail

Crèches suburbaines: une pétition pour améliorer les conditions de travail

A Genève, le personnel des crèches des communes suburbaines est en colère. Leur Convention collective de travail intercommunale a été dénoncée en juin par la FIPEGS, la Fédération des Institutions de la Petite Enfance Genevoises Suburbaines, en pleine négociation. Les éducatrices et éducateurs des institutions subventionnées ont lancé une pétition qui a recueilli plus de 550 signatures, sur les 800 personnes employées pour protester.

Elle a été adressée aux 12 Communes signataires, dont Carouge, Thônex et Veyrier, ainsi qu’à la fédération patronale, la FIPEGS. Les syndicats dénoncent des attaques inacceptables des conditions de travail. Et regrettent l’arrêt brutal des négociations. Valérie Buchs, secrétaire syndicale du SIT.

Valérie Buchs Secrétaire syndicale au SIT

Même son de cloche du côté du Syndicat du service public. Une modification des conditions actuelles n’est pas envisageable, il faudrait plutôt les améliorer. Quentin Stauffer, secrétaire au SSP.

Quentin Stauffer Secrétaire syndical au SSP

Le syndicaliste rappelle qu’il faut déjà 11 ans d’ancienneté pour bénéficier d’un treizième salaire.

Du côté de la FIPEGS, la fédération patronale, on précise que la CCT a été dénoncée en accord avec la majorité des communes subventionnantes. Mais qu’elle continue à s’appliquer tant qu’un accord ne sera pas trouvé.

Seule la commune d’Onex a désapprouvé l’abandon de la convention collective de travail par la FIPEGS. Pour Carole-Anne Kast, la Conseillère administrative chargée de la petite enfance, rien ne justifiait un départ de la table des négociations.

Radio Lac