Accueil Revue de presse Costumes d’Hallowenn: « une période plus importante que l’Escalade »

Costumes d’Hallowenn: « une période plus importante que l’Escalade »

Impossible d’y échapper de nos jours, le 31 octobre est la fête d’Halloween. Une fête où les gens se déguisent et qui vient gentiment marcher sur les plates bandes de l’Escalade concernant le chiffre d’affaires des magasins de déguisement.

Mais avant de parler des costumes en vente, remontons dans le temps pour  parler de la civilisation celte. Une civilisation dont la période d’existence en tant que telle s’étend d’environ -700 avant Jésus Christ à -51. Une civilisation qui avait son propre calendrier, le calendrier….celtique !

Dans ce calendrier existait 4 fêtes religieuses, sans donner le détail de chaque fête, au moins leur nom, Imbolc le 1er février, Beltaine le 1er mai, Lugnasad le 1er août et celle qui va nous intéresser, Samain le 1er novembre.

Samain était en sorte le nouvel-an celte et était une fête païenne. Sa spécificité ? N’appartenir ni à l’année écoulée ni à la nouvelle année et selon les croyances de l’époque c’était à cette date que l’irréel et le réel se mélangeaient. Les hommes pouvant donc communiquer avec l’au-delà. Une fête qui s’est perpétuée au-delà de la disparition des Celtes. Chez les catholiques, la période à retenir est le 4e siècle. Siècle durant lequel la fête de la Toussaint, la « fête de tous les saints », est définie de manière fixe le 1er novembre par le pape Grégoire 4.

Bonjour GEnève! L’histoire d’Halloween

Difficile ensuite quand Halloween en tant que tel existe, mais une certitude, le mot « Halloween », provient de l’anglais, et non du gaélique, « All Hallows Eve », la veille de tous les saints. On sait toutefois que la fête connait une expansion avec la migration des Irlandais qui s’installèrent aux Etats-Unis fin XIXe. Certains codes comme le Jack-O-Lantern, proviennent aussi des traditions irlandaises.

 

Fête-t-on Halloween à Genève ?

A titre personnel, j’étais persuadé que l’Escalade n’aurait pas à craindre une quelconque concurrence de la fête d’Halloween. Mais c’était avant d’aller à La Mascarade, un magasin de déguisements basé à la Rue des Rois dans le quartier de la Jonction. « Halloween est une grosse période, plus importante pour nous que celle de l’Escalade », affirme Tania Monla propriétaire du magasin.

Tania Monla Propriétaire de La Mascarade

Il faut dire que les personnages forts de certains films (le Joker, Ça) ou encore la fête des morts, tradition mexicaine, cartonnent et font exploser les ventes de costume. De manière générale c’est donc simple, exit les bons vieux vampires ou encore les sorcières.

Tania Monla Propriétaire de La Mascarade

 

La séléction cinéma

Halloween c’est aussi l’occasion de regarder un film, qui fait peur ou qui rassemble mais dans une ambiance digne de salle obscure. Pour éviter les longues heures pour chosir un film, nous vous proposons quatre. Un à avoir en famille, L’étrange Noël de Mr.Jack, deux classiques, Halloween de John Carpenter et The Shining, ainsi que Ne coupez pas, un film japonais dont le pitch est le suivant: des zombies attaquent le tournage d’un film de zombies. Le détail avec Robin Jaunin.

Robin Jaunin Monsieur Cinéma de Radio Lac

Sébastien Telley

Radio Lac