Accueil Revue de presse Ces Savoyards vont chanter Cé qu’è lainô à Genève

Ces Savoyards vont chanter Cé qu’è lainô à Genève

Léman Express, oblige, les liens transfrontaliers se tissent davantage à l’occasion de l’inauguration du nouveau réseau de transport régional. Samedi 14 et dimanche 15 décembre, en gare de Cornavin, des festivités seront organisées pour le lancement des premiers trains. Dans ce cadre, quelques jours après l’Escalade, la compagnie 1602 y chantera le “Cé qu’è lainô”. Une tradition à ce moment de l’année.

L’association historique sera à cette occasion accompagnée d’une formation musicale chablaisienne basée à Thonon, Lou Reclan de Shablè, qui interprètera les couplets de l’hymne genevois sur le sol suisse. Rappelons que sur les 68 strophes de la chanson, près de la moitié décrivent la mise à morts de prisonniers savoyards. Cette période de l’histoire n’est heureusement aujourd’hui plus source de tensions entre Genevois et Savoyards.

Odile Lalliard Membre du groupe Lou Reclan de Shablè

Selon l’enseignante Magali Gobber, le texte ne devrait pas poser problème en terme de langue car cette formation est habituée aux chants en franco-provençal savoyard. Il existe déjà une communauté linguistique entre savoyards et genevois.

“Une excellente nouvelle” pour un historien de l’Escalade 

Pour Henri Roth, auteur de les mascarades oubliées de l’Escalade (Slatkine): “La compagnie 1602 s’ouvre à la région. La fête de l’Escalade doit évoluer dans ce sens là avec notre ville, notre canton. On n’a plus de murailles ou une armée de douaniers autour du canton. L’idée de fédérer toute la région est excellente. On devrait oublier que cet évènement historique a opposé savoyards et genevois. Tous ensemble nous pouvons nous inspirer de l’histoire genevoise pour regarder vers l’avenir. Quoi de mieux que de chanter ensemble pour regarder vers cet avenir commun, conclut le passionné d’histoire genevois.

Henri Roth

Radio Lac