Accueil Revue de presse Un large comité genevois s’oppose à la révision de la loi sur...

Un large comité genevois s’oppose à la révision de la loi sur la chasse

À Genève, un large comité s’oppose à la révision de la loi sur la chasse. Ils dénoncent une loi qui ne protégera pas les espèces menacées. Autre sujet d’inquiétude: les animaux protégés comme le lynx et le loup pourront se retrouver sur la liste des espèces régulables. Cette révision arrive dans un contexte fragile où un tiers des espèces animales et végétales sont menacées.

Un large comité genevois composé de plusieurs partis et associations de protection de la nature s’oppose à la révision de la loi sur la chasse soumise à votation le 27 septembre prochain. Ils ont présenté leurs arguments devant le presse ce lundi aux Bains des Pâquis. Le lieu a été choisi comme un symbole car c’est un haut lieu de nature au centre de la ville.

Les opposants mettent en avant que dans la nouvelle loi, les espèces menacées manqueront de protection et pourront être chassées. Ce qui mettrait en péril l’équilibre de la biodiversité suisse déjà fragile puisque un tiers des espèces animales et végétales sont menacées. Un oui à cette loi serait notamment un énorme pas en arrière pour la place du loup et du lynx sur le territoire. Le détail avec Delphine Klopfenstein, Co-présidente du comité genevois contre la loi sur la chasse.

Delphine Klopfenstein  Co-présidente du comité genevois contre la loi sur la chasse

Pour rappel, au départ de la révision de cette loi il y a le Conseiller aux Etats Engler, PDC des Grisons qui réfléchissait, à travers une motion déposée en 2014, à une meilleure cohabitation avec le loup. C’était aussi l’occasion de renforcer dans la loi la protection des espèces menacées. Pour le comité, rien de tout cela ne s’est passé. Selon lui, le Conseil fédéral a proposé un texte peu convainquant où on y perd de vue le principe de bonne coexistence avec le loup et où on condamne davantage encore les espèces à protéger.

 

Passation de pouvoir

Le Conseil Fédéral est pointé du doigt par les opposants car avec cette révision il va céder le pouvoir aux cantons en matière de régulation et mettre fin à 150 ans de collaboration entre la Confédération et les cantons. Une collaboration qui aura notamment permis le retour avec succès de la grande faune dans notre pays. Pour Delphine Klopfenstein, cette passation de pouvoir est une très mauvaise chose.

Delphine Klopfenstein Co-présidente du comité genevois contre la loi sur la chasse

 

Genève en exemple

Selon les opposants Genève aurait pu être pris en exemple lors des discussions parlementaires. Le canton n’a plus de chasse depuis près d’un demi-siècle et possède aujourd’hui une richesse de faune et de flore très positive. Le détail avec Delphine Klopfenstein.

Delphine Klopfenstein Co-présidente du comité genevois contre la loi sur la chasse

Radio Lac