Accueil Revue de presse Six mois pour évaluer l’immunité de la population

Six mois pour évaluer l’immunité de la population

Une étude va être conduite à l’échelle de la Suisse afin de collecter des données épidémiologiques sur l’immunité au SARS-CoV-2. L’étude est conçue pour durer au moins six mois et permettra d’évaluer la proportion de personnes ayant des anticorps contre le nouveau coronavirus dans la population suisse.

Baptisée « Corona Immunitas », cette initiative émane de l’Ecole suisse de santé publique (SSPH+), qui regroupe douze hautes écoles. L’étude doit fournir des données fiables sur le nombre de personnes porteuses d’anticorps dans les différentes régions et dans des groupes de population spécifiques, ainsi que sur l’étendue et la durée de l’immunité contre le SARS-CoV-2.

Les résultats fourniront aux autorités nationales et cantonales une base épidémiologique de décision afin de définir des mesures proportionnées pour protéger la population et pour ouvrir et réactiver l’économie et la vie publique, selon un communiqué de la SSPH+ diffusé jeudi.

En outre, le programme de recherche livrera des informations importantes pour la planification de l’activité et des ressources du système de soins de santé, pour la reconnaissance précoce de toute mesure de protection nécessaire et pour la planification d’une stratégie nationale de vaccination.

25’000 personnes testées

Dans le cadre de cette étude prévue jusqu’en octobre, 25’000 résidents de toute la Suisse seront invités à participer et des tests sanguins de détection des anticorps seront effectués. La SSPH+ coordonne la procédure de manière centralisée, en étroite collaboration avec la Confédération, les cantons et les hautes écoles spécialisées et universités participantes.

En plus, des enquêtes supplémentaires seront conduites, par exemple, auprès des groupes professionnels particulièrement exposés au risque d’infection ou des groupes de population à risque.

Corona Immunitas est un partenariat public-privé bénéficiant du soutien de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), d’entreprises privées et de particuliers, note encore la SSPH+. Cette dernière est une fondation qui rassemble les compétences académiques dans le domaine de la santé publique au sein de 12 hautes écoles suisses (Bâle, Berne, Fribourg, Genève, Lausanne, Lucerne, Neuchâtel, Suisse italienne, Zurich, BFH, SUPSI et ZHAW).

Radio Lac