Accueil Revue de presse Sept associations présentent un cahier de doléances pour protéger les bords de...

Sept associations présentent un cahier de doléances pour protéger les bords de l’Aire

Depuis 2016, des associations alertent l’Etat de Genève et les communes riveraines de l’Aire des dégradations qui affectent la rivière et ses abords. Elles constatent une urgence dans la protection de la rivière qui est soumise notamment à la pollution et aux incivilités. Elles viennent d’adresser aux autorités un « cahier de doléances » avec 42 demandes.

L’Aire, ses rives, sa plaine et son vallon doivent être préservés. C’est dans cette optique que sept associations ont rédigé un cahiers de doléances qui présente 42 demandes à l’Etat et aux communes. Elles constatent une urgence dans la protection de la rivière qui est soumise notamment à la pollution et aux incivilités. Une situation qui nuit grandement à la biodiversité. Des incivilités récurrentes qui agacent les habitants. Les précisions de Margareth Robert-Tissot, présidente de l’Association pour la sauvegarde de Confignon et environs.

Margareth Robert-Tissot  Présidente de l’Association pour la Sauvegarde de Confignon et environs

Ce cahier de doléances est en gestation depuis 2016. Sept associations, sous l’égide de l’Association pour la Sauvegarde de Confignon et environs (ASC) et l’association Qualité de vie à Bernex et Confignon (ASBEC) ont collaboré à la rédaction de ce document pendant 6 mois.

Brigades vertes

Pour les associations, les dégradations des milieux terrestres et aquatiques due à l’augmentation des incivilités sont le fait du manque de volonté de l’Etat et des communes pour assurer une amélioration de la situation. Pour prévenir ces incivilités et afin de protéger les bords de l’Aire, les associations demandent la création de brigades vertes intercommunales pour sensibiliser et verbaliser. Le détail avec Margareth Robert-Tissot.

Margareth Robert-Tissot  Présidente de l’Association pour la Sauvegarde de Confignon et environs

 

Le projet des Cherpines

Devant une telle situation, les associations s’alarment devant l’urbanisation et la densification ds nouveaux quartiers qui se profilent avec l’arrivée de 10’000 habitants supplémentaires aux Cherpines, ainsi que des 10’000 habitants supplémentaires  de Bernex-est et des milliers de postes de travail additionnels qui vont prétériter encore plus les rives de l’Aire. Elles demandent que toutes les mesures préconisées dans ce document soient mises en place en préalable à toute nouvelle densification urbaine ou agricole de la plaine de l’Aire.

Repenser l’emplacement des serres

L’exemple des serres marque également le manque de volonté politique selon les associations. Elles demandent la révision du plan directeur cantonal 2030 et propose un moratoire sur la construction de nouvelle serres car elles imperméabilisent le sol sur une très grande surface, alors qu’il s’agit de la meilleure terre arable du canton. L’eau, contaminée par la pollution agricole, s’écoule dans la nappe phréatique de surface.

En dépit de leur ton alarmiste, les associations voient tout de même le verre à moitié plein car les conseils municipaux et le Grand Conseil commencent à bouger sur ce sujet. Plusieurs motions sur la protection de l’Aire ont été déposées.

Radio Lac