Accueil Revue de presse Pas question pour Pierre Maudet de démissionner pour l’instant

Pas question pour Pierre Maudet de démissionner pour l’instant

Il ne démissionnera qu’en cas de condamnation.
Le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet s’est exprimé ce mercredi concernant la procédure du Minsitère Public genevois. Pierre Maudet qui a l’intention de se défendre, il s’est déclaré satisfait de l’intention de Ministère public de classer le volet Manotel de l’affaire.

« Il y a la reconnaissance que dans une bonne partie du dossier il n’y a rien », a souligné le conseiller d’Etat PLR. Le soulagement viendra quand je pourrais constater que je suis acquitté », a-t-il ajouté. Les avocats du magistrat Fanny Margairaz et Grégoire Mangeat plaideront l’acquittement plein et entier lors d’un éventuel procès.

Selon M.Maudet, l’annonce mercredi par le Ministère public de son intention de renvoyer en jugement les protagonistes de l’affaire ne change rien à son statut, « si ce n’est qu’il est fondamentalement allégé », a-t-il précisé. « Je me félicite que la justice puisse bientôt trancher ». Une étape où il pourra aussi se défendre.

Car selon les avocats du magistrat, l’instruction a été menée presque exclusivement à charge. L’accusation qui reste, soit le voyage controversé à Abou Dhabi en 2015, demeure « faible et la thèse est fragile », a souligné M.Mangeat. Quant au sondage reproché à l’élu, il relève du règlement de l’activité politique pour l’avocat.

Mercredi, Pierre Maudet a aussi affiché sa volonté de se constituer partie plaignante dans la procédure concernant le conseiller municipal PLR Simon Brandt, un de ses proches. Simon Brandt a porté plainte pour abus d’autorité après avoir été arrêté par la police et interrogé par le Ministère public, estimant avoir été maltraité.

Dans cette affaire, la cible était en réalité Pierre Maudet, a expliqué l’avocate du conseiller d’Etat Yaël Hayat, qui a été chargé de porter ce dossier. Le but de l’arrestation de Simon Brandt était d’extraire « des informations concernant un autre ». Il y a un « sentiment de détournement ».

Source ATS

Radio Lac