Accueil Revue de presse Migros élargit les possibilités pour recycler le plastique

Migros élargit les possibilités pour recycler le plastique

Migros veut continuer de s’engager en faveur de l’environnement. La coopérative introduit fin juin un sac de collecte pour les emballages plastiques. Les déchets ainsi rassemblés seront recyclés et utilisés pour produire de nouveaux emballages, a indiqué le géant orange mercredi lors d’une conférence de presse.

Les sacs de collecte seront introduits progressivement dès le 29 juin dans les magasins Migros, d’abord à Lucerne, puis dans les coopératives de Genève, Neuchâtel-Fribourg, Vaud et Valais. D’ici le printemps 2021, l’ensemble des succursales devraient être équipées, a précisé la société.

Les clients pourront déposer leurs déchets plastiques afin qu’ils soient utilisés dans la fabrication de nouveaux emballages pour les produits de la filiale M-Industrie.

L’innovation permet de donner une seconde vie aux plastiques jusqu’à présent peu ou pas recyclés: films et sac en plastique, pots de yaourt ou flacons de gel douche. A terme, l’objectif est de réutiliser 70% du plastique ainsi collecté. Les emballages PET ne doivent quant à eux pas être inclus et continueront à être récoltés séparément.

Les sacs de collecte seront vendus pour un prix unitaire compris entre 0,90 et 2,50 francs selon la taille. « Nous ne voulons pas générer de bénéfice, mais nous souhaitons investir », a précisé Christine Wiederkehr-Luther, responsable durabilité chez Migros au cours de la conférence de presse. Le prix pourra d’ailleurs être adapté selon les coûts effectifs constatés.

Le plastique récupéré sera trié par l’entreprise Innorecycling, puis transformé en regranulats par Innoplastics, lesquels pourront être réutilisés pour les produits Migros. Grâce à cela, la société réduit « drastiquement » la part de matière plastique nouvellement créée.

Migros n’a pas été en mesure de chiffrer les investissements qui seront nécessaires pour mener à bien le projet. Cela dépendra entre autre de la nécessité ou non de construire une usine de triage, qui peut coûter à elle seule 30 millions de francs. Des possibilités de collaboration avec les autres détaillants existent.

Les ONG sceptiques

Dans une prise de position, Greenpeace s’est montré « très critique » envers ce projet, qualifié de « fausse solution ». « La plupart des plastiques ne peuvent être recyclés de manière répétée en maintenant leur qualité », explique l’ONG.

« Un recyclage en circuit fermé sur une plus longue période, comme l’annonce Migros, est donc une illusion », déclare Philipp Rohrer, expert zéro déchet pour Greenpeace Suisse.

Selon lui, les fabricants et détaillants devraient plutôt proposer des produits « consignés et réutilisables ». Cela permettrait non seulement de « réduire la consommation de plastique à long terme, mais aussi de renforcer l’économie locale et de créer des emplois », argumente-t-il.

Radio Lac