Accueil Revue de presse Les vacances de février: une création des années 70

Les vacances de février: une création des années 70

Les vacances de février arrivent comme une évidence. Dans le Canton de Genève, cette pause annuelle est relativement récente. Cette semaine de congés entre Noël et Pâques n’a pas toujours existé. La dernière modification du calendrier des vacances scolaires remonte à 1976.

En 1972, une motion proposait d’instaurer une semaine de vacances entre celles de Noël et de Pâques, déduite des vacances d’été. Selon l’étude Les vacances scolaires à Genève réalisée par Alexandre Jaunin pour la République et Canton de Genève et le Service de Recherche en Education: Les vacances scolaires de février sont les vacances les plus récentes, avec une semaine de congé introduite en 1976. Cette introduction répondait à une motion déposée en 1972 qui proposait d’introduire une semaine de vacances en février déduite des vacances d’été.

Des classes de neige aux vacances d’hiver

En 1973, expliquait à l’époque Le Journal de Genève,  le Canton disposait d’un calendrier sensiblement différent. En l’absence de congés après les fêtes de fin d’année, les petits Genevois pouvaient s’aérer à la montagne grâce aux séjours scolaires. Près de 4800 jeunes et plus de 700 accompagnants partaient entre janvier et avril dans des maisons d’accueil des Pré-Alpes vaudoises et fribourgeoises ou en Valais. Ces séjours remportaient un franc succès. L’idée germa de généraliser ce temps de pause propice aux séjours en montagne.

Le fruit d’une longue consultation

Au préalable, une consultation avait été menée en 1974 auprès des familles par le service de la recherche sociologique (SRS). Une analyse du point de vue des familles sur une nouvelle répartition des vacances scolaires fut effectuée. Les familles étaient alors favorables à l’introduction d’une semaine de vacances en février, et dans une moindre mesure à une semaine complète en automne. Cette introduction d’une semaine de vacances en février était particulièrement souhaitée par les familles appartenant à un milieu socialement favorisé. Une commission fut alors mise en place et une nouvelle répartition des vacances scolaires fut adoptée, pour une période d’essai de trois ans, en 1976 : passage d’une demi-semaine à une semaine entière en automne, introduction d’une semaine en février, réduction des vacances de Pâques de deux semaines à une semaine et demi et réduction des vacances d’été d’une semaine. Cette nouvelle organisation perdure actuellement. Depuis lors, les vacances scolaires correspondent environ à 13,5 semaines par année.

Ecoutez les explications d’Alexandre Jaunin, chercheur au Service de la Recherche en Education:

Alexandre Jaunin Chercheur au Service de la Recherche en Education

Une adhésion immédiate

En 1979, le  DIP avait mené une consultation auprès des parents d’élèves et des enseignants. Après plusieurs années de mise en place, 78% d’entre eux s’étaient déclarés satisfaits de ce nouveau congés hivernal qui avait eu pour conséquence de réduire les vacances de Pâques de 15 à 10 jours. Les vacances de février s’étaient immédiatement imposées dans les habitudes des Genevois comme le soulignait le Journal de Genève.

Radio Lac