Accueil Revue de presse Les radios privées romandes espèrent une aide du parlement fédéral

Les radios privées romandes espèrent une aide du parlement fédéral

Vous l’aurez certainement remarqué en ville de Genève, les panneaux publicitaires sont vides. En l’absence de consommation et de spectacles, inutile de faire de la publicité. Et les entreprises qui en vivent souffrent énormément. C’est le cas des radios privées de Suisse Romande. Elles espèrent que le Conseil national et le Conseil des Etats leur accorderont une aide financière lors de la session qui débute ce 4 mai.

Les radios romandes vont vivre une semaine cruciale avec la session parlementaire exceptionnelle qui s’ouvre ce matin à Berne, une session des chambres fédérales «spéciale Covid-19». Les radios privées de Suisse Romande, demandent au parlement de compenser les pertes dues au manque de publicité. Les chambres fédérales vont se pencher sur cette requête dès cet après-midi.

Aucune subvention fédérale pour certaines radios privées

Contrairement à la RTS qui touche la redevance fédérale, les radios privées vivent, pour certaines d’entre elles, entièrement de la publicité. En Suisse romande, elles sont 6, en gros, une par canton. Sur l’Arc lémanique, trois de celles qui se partagent le territoire appartiennent à notre groupe…Radio Lac, One fm et LFM.  Et actuellement leurs caisses sont vides. Sans publicité pas de rentrées financières, comme l’explique Philippe Zahno, le président de l’association des RRR, les radios régionales romandes.

Philippe Zahno Président de l’association des Radios Romandes

Il faut dire que les médias électroniques, radios et télévisions, ont une difficulté majeure : Il n’est pas possible de mettre tout le monde au chômage technique puisqu’il faut bien quelqu’un dernière le micro. Ce sont des entreprises pas comme les autres et à ce titre elles ont droit à une aide. C’est ce qu’estime l’association des radios régionales romandes. Philippe Zahno.

Philippe Zahno Président de l’association des Radios Romandes

Les radios et télévisions privées remplissent une mission de service public.

Une mission qui s’exprime, on le voit bien, avec Léman bleu, par exemple, qui retransmet tous les points presse du Conseil d’Etat genevois. Elles demandent donc que 35 millions soient pris sur ce fond de fluctuation de l’OFCOM, l’office fédéral de la communication. Pour les aider durant cette période extrêmement difficile. Ce qui leur permettrait de se tenir à flots, le temps que la situation s’améliore.

De bonnes chances d’obtenir une aide

Le président de l’association des radios régionales romandes dit avoir bon espoir. Elles ont l’appui des parlementaires, semble-t-il puisque les deux commissions de télécommunication, du Conseil national et des états ont accepté la proposition, à l’unanimité. La décision finale est attendue mardi à midi. Le Conseil des Etats va se pencher sur la question ce lundi après-midi et mardi matin, le Conseil national va s’en saisir.

 

 

Radio Lac