Accueil Revue de presse Les chauffeurs genevois d’Uber sont en colère

Les chauffeurs genevois d’Uber sont en colère

Les chauffeurs Uber donnent de la voix. Suite à la pétition qu’ils ont déposé en juillet munie de 580 signatures, ils ont répété leur volonté de demeurer des indépendants et non des salariés d’Uber comme le veut le Département de l’emploi.

Vendredi, Mauro Poggia, le Conseiller d’Etat a décrété qu’ils étaient dans un lien de subordination avec la société américaine et qu’à ce titre elle devait s’acquitter de leurs charges sociales. Dans l’impossibilité de s’affilier à l’Office cantonal des assurances sociales (OCAS), qui ne reconnaît pas leur statut, ils ont réclamé une solution hybride pour leur nouveau modèle d’affaire. Alicia Middelkoop, chauffeuse Uber.

Alicia Middelkoop Chauffeuse Uber

Selon les chauffeurs, qui promettent de se constituer en association, la décision de Mauro Poggia jetterait près de 70% d’entre eux à l’aide sociale. Pour Philippe Frézier, auteur de la pétition et chauffeur Uber, les solutions existent et il appartient à Mauro Poggia de les trouver.

Philippe Frézier Chauffeur Uber

Les jeunes PLR, présents à la conférence de presse, estiment qu’un encadrement est bien nécessaire mais que la Loi est suffisante. Darius Azarpey.

Darius Azarpey Jeune PLR

Les chauffeurs ont été reçu par la Commission des pétitions du Grand Conseil.

Radio Lac