Accueil Revue de presse Le monde de demain: Quand santé rime avec impression 3D

Le monde de demain: Quand santé rime avec impression 3D

Quand santé rime avec impression 3D: La visière de protection, c’est le Monde de demain… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Pendant la crise on a vu beaucoup de tutos fleurir sur Internet pour confectionner soit même son masque en tissu ou même pour imprimer chez soi une visière de protection en plexiglas et puis il y a ceux dont c’est le métier. Direction les Acacias à Genève, dans les locaux de 3DVice qui est spécialisée dans l’impression en 3 Dimensions. Depuis 5 ans, leur coeur de métier c’était plutôt de l’impression de maquettes d’architecture, de figurines ou de pièces horlogère, avec des hauts et des bas, sauf qu’avec la crise du coronavirus, la petite entreprise de Mathieu Karotsch a complètement réorienté son activité et a démontré toute son utilité. Avant le Covid-19, 0 commande de visière en plexiglas, aujourd’hui il en produit 3000 par semaine. Son équipe a même été renforcée avec 5 recrutements récents et les horaires ont été réorganisés en ⅜ autour d’une 15aine de machines qui tournent désormais à plein régime.

Et, on imagine que la demande est forte…

Ne serait-ce que pour les coiffeurs, par exemple, qui peuvent rouvrir dès aujourd’hui, à condition de porter un masque et une visière pour les soins du visage, il y a de la demande effectivement. Aujourd’hui bon nombre de petits commerçants les sollicite. De plus en plus de grosses sociétés aussi, certaines demandent d’ailleurs d’apposer leurs logos sur les visières. Sécurité certes mais communication aussi. Alors on ne ménage pas ses efforts en coulisses pour fournir. Il y a 10 jours, il fallait 1H30 à la société genevoise pour finaliser une visière, maintenant il faut compter 40 minutes pour un produit de qualité. 10 francs prix unique, quel que soit le nombre de visières achetées. De quoi relancer l’activité après une période compliquée même si depuis fin mars, 3Dvice a produit et distribué généreusement 1’400 visières aux HUG ou à la protection civile… Une partie des bénéfices sert encore d’ailleurs à fournir gratuitement les plus exposés. Vendredi le patron a encore envoyé un carton gracieusement à un EMS de la région. 

Radio Lac