Accueil Revue de presse Le contrat de travail comme élément essentiel pour prévenir la précarité

Le contrat de travail comme élément essentiel pour prévenir la précarité

L’université de Genève a présenté ce mardi une étude sur la population en grande précarité en période de Covid 19. Réalisée sur un échantillon de personnes fréquentant les Vernets durant la crise, elle révèle que l’absence de contrat de travail ou de papiers pousse les personnes dans la précarité. La formation ne ferait pas la différence.

Un questionnaire en 4 langues a été soumis à 223 personnes qui venaient chercher un colis du cœur aux Vernets, entre le 15 mai et le 7 juin. Une grande partie de ces personnes sont sans permis de séjour et gagnaient avant la crise moins de 2000 par mois. Le 95 % d’entre elles ne peuvent pas supporter une facture imprévue de 1500 francs. Certaines ont dû recourir à l’emprunt durant cette période avec des taux usuraires qui frisaient parfois les 20% par mois. Certains résultats ont surpris les auteurs de l’étude, comme l’explique le Professeur en sociologie et socio-économie à l’UNIGE, Jean-Michel Bonvin.

Jean-Michel Bonvin Professeur en sociologie et socio-économie à l’UNIGE

Notez que près de moitié des personnes sans contrat de travail n’ont pas non plus d’assurances maladies. Elles ont aussi trois fois plus de risque de perdre leur emploi. Un résultat qui n’étonne par le Conseiller d’Etat chargé de la cohésion sociale, Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d’Etat chargé du Département de la cohésion sociale

Le 90% des personnes interrogées ont dû effectivement diminuer la diversité de leur nourriture pendant la crise et le deux tiers d’entre elle, la quantité. Les auteurs édictent plusieurs recommandations, ils estiment qu’il faut améliorer l’information concernant l’accès aux prestations sociales. 70% des personnes n’y ont pas recours. La Conseillère administrative chargée des affaires sociales, Christina Kitsos.

Christina Kitzos Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

Les auteurs de l’étude émettent six recommandations, comme lutter contre l’insécurité alimentaire, valoriser la formation en accordant des équivalences ou encore prendre des mesures structurelles pour les sans-papiers.

L’étude de l’Université de Genève (UNIGE) a été réalisée à la demande de la fondation Colis du Cœur et avec la collaboration de l’Etat et de la Ville de Genève, du Centre social protestant et du CAPAS.

Radio Lac