Accueil Revue de presse Le Collectif « Lutte des MNA » occupe le Grütli pour la dignité

Le Collectif « Lutte des MNA » occupe le Grütli pour la dignité

Le Collectif Lutte pour les mineurs non-accompagnés (MNA) occupe la Maison des Arts du Grütli depuis hier pour dénoncer le manque de prise en charge des mineurs non accompagnés par l’Etat de Genève. Ils demandent au Conseil d’Etat des réponses concrètes et des garanties avant d’abandonner les lieux.

Hier à 15h, le Collectif Lutte des MNA a investi le Grütli afin d’y faire entendre la voix des jeunes personnes non-accompagnées. Après y avoir passé la nuit, ce matin, devant la presse, ils ont revendiqué qu’une prise en charge digne et adaptée soit assurée pour tous les mineurs non accompagnés, qui pour certains, dorment dans la rue. Pour rappel, cela fait 6 mois que le Collectif alerte les autorités sur le sort des jeunes requérants d’asile déboutés. Camille*, membre du Collectif précise les raisons qui ont amené à l’occupation.

Camille Membre du Collectif Lutte des MNA

De leur propre aveu, le nombre de mineurs non-accompagnés qui dorment dans la rue est compliqué à établir. Le collectif a déclaré avoir connaissance d’au moins une vingtaine de cas. Mais ce chiffre pourrait être bien plus grand. Les personnes concernées sont souvent inconnues ou « invisibles » ce qui complique le recensement.

Un lieu symbolique

Les membres du Collectif précisent qu’ils ont volontairement choisis d’occuper un bâtiment de la Ville de Genève. Le Grütli est un endroit symbolique selon Camille, membre du Collectif Lutte des MNA.

Camille Membre du Collectif Lutte des MNA

 

De nombreuses revendications

Le Collectif demande une prise en charge adaptée pour tous ces jeunes. Parmi les nombreuses revendications on trouve entre autre la distribution d’une carte de résident délivrée par la ville afin de pouvoir se légitimer en cas de contrôle, que le Canton et les Communes trouvent les financements nécessaires au maintien à l’année des hébergements d’urgence offerts par le dispositif de nuit sous la forme des Sleep-ins, et qu’ils puissent bénéficier d’une aide financière ainsi que du droit à la formation et d’un accompagnement pour trouver une formation.

Besoin de garanties

Les membres du Collectif ont également précisé que la situation n’est pas idéale et ce pour toutes les parties. Ils ont indiqué ne vouloir déranger personne et de ne pas vouloir faire du Grütli un lieu d’hébergement. Ils souhaitent obtenir des garanties pour abandonner les lieux. Les précisions de Camille, membre du Collectif Lutte des MNA.

Camille Membre du Collectif Lutte des MNA

Une assemblée générale à lieu ce mardi soir à 18h30. Le Collectif compte organiser dans les prochains jours d’autres points presse afin d’informer de l’évolution de l’occupation.

* prénom d’emprunt

Radio Lac