Accueil Revue de presse La situation sanitaire n’empire plus à Genève mais reste tendue

La situation sanitaire n’empire plus à Genève mais reste tendue

À Genève, bien que la situation n’empire plus, elle reste tendue. Avec 629 personnes hospitalisées, les HUG sont au-delà de leurs limites. La situation dans les EMS est également inquiétante avec plus de 40% des résidents qui sont contaminés.  

Une lueur d’espoir. C’est ainsi que les autorités sanitaires genevoises ont qualifié le léger aplatissement de la courbe d’infection au Covid-19. La situation n’empire plus mais reste très tendue pour l’ensemble du réseau de soin. Il s’agit désormais de tenir le choc, car avec 629 malades Covid-19 hospitalisés aux HUG et dans les cliniques, la tension est maximale. Parmi ces patients, 54 sont aux soins intermédiaires et 29 aux soins intensifs des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), a précisé Aglaé Tardin, médecin cantonale. Il sera difficile de tenir avec des chiffres aussi élevés, a-t-elle ajouté.

La situation dans les EMS est particulièrement préoccupante, ont ajouté les autorités sanitaires. Les cas de Covid-19 ont explosé ces deux dernières semaines, avec 400 personnes malades, soit 10% de l’ensemble des résidents en EMS du canton. Plus d’une dizaine de décès sont déplorés chaque semaine dans ces institutions. Dans certains EMS, plus de 40% des résidents sont contaminés. Le canton n’a toutefois pas l’intention de limiter les visites. Mais l’application des plans de protection demande beaucoup de rigueur, a souligné M.Bron. Les autorités comptent renforcer les contrôles dans les EMS en collaboration avec les directions des établissements.

Dépistages massifs

Genève poursuit sa stratégie de dépistage intensif afin de casser les chaînes de transmission. Des centres de dépistage proposant les tests rapides sont désormais opérationnels. Pour les autorités, la stratégie à suivre est très claire. Les précisions de Nathalie Vernaz-Hegi, pharmacienne cantonale.

Nathalie Vernaz-Hegi Pharmacienne cantonale

Pharma24 ainsi que certains médecins proposent ces tests depuis quelques jours. Sept autres pharmacies seront aussi équipées pour les effectuer d’ici la semaine prochaine. La Clinique de Carouge est aussi opérationnelle, de même qu’un nouveau centre géré par un partenaire privé. Situé à la route de Chêne 18-20, ce centre conçu comme un « walk-in » aura un gros débit avec 2400 tests quotidiens. Actuellement entre 15’000 et 20’000 tests ont été livrés sur les 80’000 qu’à le canton en sa possession. Après une semaine d’utilisation, les premiers retours sont très positifs comme l’explique Nathalie Vernaz-Hegi.

Nathalie Vernaz-Hegi Pharmacienne cantonale

 

Formation aux HUG

D’autres cliniques privées suivront d’ici dix jours. Les HUG ont formé des miliciens de la Protection civile (PC) et des collaborateurs non professionnels de la santé pour réaliser ces tests rapides. Les professionnels de la santé ont aussi été formés afin de devenir des référents en la matière et ensuite des formateurs.

Le prélèvement consiste en un frottis nasopharyngé comme pour le test moléculaire par PCR. Le résultat de ces tests rapides intervient en quinze minutes. Ils ont une sensibilité entre 85% et 90% (10 à 15% de faux négatifs) et une spécificité de quasi 100% (pas de faux positifs), précisent les HUG. Pour bénéficier d’un test antigénique rapide, la personne doit présenter des symptômes depuis moins de quatre jours et ne pas faire partie des personnes vulnérables. L’objectif est de réaliser à terme 5000 tests (rapides et PCR) par jour sur tout le canton.

Radio Lac