Accueil Revue de presse L’ancien conseiller d’Etat genevois Guy-Olivier Segond est mort

L’ancien conseiller d’Etat genevois Guy-Olivier Segond est mort

L’ancien conseiller d’Etat genevois radical Guy-Olivier Segond est mort à l’âge de 75 ans.

La nouvelle, rendue publique par la Tribune de Genève, a été confirmée vendredi matin par le PLR Genève.

Guy-Olivier Segond a été une figure incontournable à Genève pendant plus de 20 ans, jusqu’au début des années 2000. Après sa retraite, il avait pris ses distances avec la scène politique, tout en restant une voix encore écoutée en coulisses, notamment au sein des instances du PLR.

Juriste de formation, Guy-Olivier Segond, que beaucoup surnommaient « GOS » lorsqu’ils parlaient de lui, avait d’abord été élu, en 1979, à l’exécutif de la Ville. Il a siégé pendant 10 ans au Conseil administratif de la municipalité, endossant à deux reprises le costume de maire.

Le chemin l’a ensuite mené au Conseil d’Etat genevois. Au gouvernement cantonal, il a effectué trois mandats, dirigeant la politique sociale et de la santé jusqu’en 2001. Européen convaincu, il a milité pour l’adhésion de la Suisse à l’EEE. Soucieux des plus modestes, il a séduit bien au-delà de sa famille politique.

Guy-Olivier Segond a été fidèle à Genève presque toute sa vie. Il a bien tenté l’aventure fédérale, mais elle sera brève. Elu au Conseil national en 1987, il ne fera qu’un seul mandat sous la Coupole. Il préférait visiblement faire de la politique dans des exécutifs.

Un grand homme d’Etat

« C’était un grand homme d’Etat, un visionnaire », a déclaré Bertrand Reich, le président du PLR Genève. Guy-Olivier Segond avait, selon lui, un sens unique de la stratégie politique. « C’était quelqu’un qui était convaincu de l’importance de l’Etat et qui a toujours fait preuve d’une détermination sans faille ».

Alors qu’il est aux affaires cantonales, Guy-Olivier Segond prendra comme plus proche collaborateur au sein de son département le futur conseiller d’Etat genevois François Longchamp, dont il deviendra le mentor.

En 2002, Guy-Olivier Segond avait été nommé ambassadeur spécial auprès du secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications (UIT). Dix ans plus tard, il comparaissait en tant que témoin au procès des anciens dirigeants de la Banque cantonale de Genève.

Dans son ouvrage « Ceux qui font Genève », feu Michel Baettig décrit Guy-Olivier Segond comme « un planificateur parfois déroutant ». Dans son livre, il raconte l’anecdote du maire de Genève qui tombe en panne d’essence sur l’autoroute, qui marche deux heures jusqu’à une station-service, et qui se félicite d’avoir « organisé » cette balade.

Avec ATS Keystone

Radio Lac