Accueil Revue de presse Genève tire un bilan positif de son dispositif anti-radicalisation

Genève tire un bilan positif de son dispositif anti-radicalisation

« Gardez le lien », c’est le nom du dispositif mis en place à Genève en 2016 pour prévenir la radicalisation et l’extrémisme. Après trois ans d’existence, il tire a fait ses preuves. Il a permis de repérer 126 situations de radicalisations et 101 situations ont pu être approfondies. 74 demandes venaient du canton de Genève et 27 d’autres cantons, Vaud, Fribourg et Valais notamment.

Les proches inquiets, la famille élargie et les amis sont ceux qui ont alerté le plus souvent le dispositif mais aussi le Département de l’instruction publique et le secteur du social et de la jeunesse. Ce sont des jeunes entre 12 et 24 ans pour la plupart et ils sont souvent en rupture. D’où l’importance de leur offrir un suivi individuel. Thierry Apothéloz, le Conseiller d’Etat chargé de la cohésion sociale.

Thierry Apothéloz  Conseiller d’Etat chargé de la cohésion sociale

La porte d’entrée du dispositif, c’est Rhizome, un pôle de prévention des radicalités, religieuses et idéologiques situé avenue de la Paix. Géraldine Casutt, sociologue des religions.

Géraldine Casutt sociologue des religions – Rhizome

Parmi les personnes repérées, 38 étaient des femmes et 65 des hommes. Les situations de radicalisations ne sont pas toujours claires et Rhizome mène une enquête auprès du réseau. Géraldine Casutt

Géraldine Casutt sociologue des religions – Rhizome

Le dispositif vise à redonner au jeune une perspective, qu’elle soit sociale, scolaire ou professionnelle. Rhizome assure un suivi des personnes.

Géraldine Casutt sociologue des religions – Rhizome

Sur les 126 situations, 10% des cas ont été dénoncés à la police. Depuis 2016, Genève n’a connu aucun départ pour cause de radicalisation islamiste.

 

 

Radio Lac