Accueil Revue de presse Frontières fermées: Un casse-tête en perspective à Genève

Frontières fermées: Un casse-tête en perspective à Genève

Le degré de contrôle aux frontières sera la question qui va occuper les jours qui viennent le gouvernement genevois, alors que la Confédération a présenté un calendrier d’allègement progressif des mesures sanitaires prises pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

« Il s’agit d’un vrai enjeu », a souligné le président du Conseil d’Etat genevois Antonio Hodgers, lors d’un point de presse vendredi. L’économie genevoise dépend beaucoup des travailleurs frontaliers. Si l’activité reprend mais que le filtrage aux frontières reste minutieux, l’attente pour passer la douane deviendra interminable.

Des contrôles poussés conduiront à la formation de bouchons monstrueux, a relevé M. Hodgers. Genève a déjà entamé des démarches et a notamment pris contact avec le canton du Tessin qui fait face à un problème semblable avec de nombreuses personnes qui travaillent en Suisse mais qui habitent dans le pays voisin.

Le conseiller d’Etat Mauro Poggia a estimé que les décisions touchant l’économie et les décisions sur la fermeture des frontières devront être harmonisées. Le but serait d’éviter que les employés frontaliers prennent deux heures le matin pour se rendre à leur travail, puis deux heures le soir pour rentrer chez eux.

Baisse des tarifs de l’électricité

Par ailleurs, le gouvernement genevois a annoncé vendredi que les Services industriels de Genève (SIG) baissaient leurs tarifs d’électricité entre le 1er mai et le 31 août afin d’aider leurs clients à traverser la crise sanitaire. Cette modification tarifaire anticipe une baisse qui pourrait être prévue en 2021.

L’impact sur la facture annuelle d’électricité devrait représenter une économie de 65 francs pour un ménage, de 450 francs pour un artisan ou un indépendant et de 1350 francs pour une PME.

Radio Lac