Accueil Revue de presse Finances publiques: le canton de Genève devra réduire ses dépenses

Finances publiques: le canton de Genève devra réduire ses dépenses

La crise sanitaire et le semi-confinement vont avoir des conséquences douloureuses pour les finances du canton de Genève. Le déficit prévu pour 2020 atteignait déjà 590 millions de francs avant la pandémie. Il pourrait désormais avoisiner le milliard de francs. La seule solution pour redresser la barre « sera de diminuer nos dépenses », avertit vendredi la grande argentière du canton Nathalie Fontanet dans une interview accordée à la Tribune de Genève.

« Nous ne pouvons augmenter les impôts », estime la conseillère d’Etat, car Genève, rappelle-t-elle, est le canton suisse qui utilise déjà le plus son potentiel fiscal. « 4% des contribuables payent 50% des impôts sur le revenu et 0,1% des entreprises paient 50% de l’impôt sur les bénéfices ».

Le déficit 2020 sera couvert par la réserve conjoncturelle, qui a récemment été augmentée pour s’élever à 900 millions de francs. Les efforts débuteront avec le budget 2021. Il faudra, selon Mme Fontanet, que le déficit de cet exercice ne dépasse pas 349 millions de francs pour éviter l’enclenchement du frein à l’endettement.

Pas de laxisme financier

Il est en effet hors de question pour la conseillère d’Etat de laisser filer les déficits en arguant que la crise sanitaire a été un évènement exceptionnel qui justifie que l’on ferme les yeux sur la situation des finances publiques pendant un certain temps. « Genève est le canton le plus endetté du pays », souligne-t-elle.

« Le travail que nous entamons avec le Conseil d’Etat vise une baisse des charges ». Selon Mme Fontanet, la cible d’augmentation des charges de 2% fixée dans le programme de législature devra être abandonnée pour parvenir à l’équilibre en 2028, comme le prévoit le calendrier lié à la réforme de la fiscalité des entreprises.

Le nouvel objectif n’a pas encore été défini. « Une analyse est en cours, mais je mettrai tout en oeuvre pour qu’il soit le plus bas possible », relève fait encore savoir la responsable des finances cantonales.

Radio Lac