Accueil Revue de presse Du gel hydroalcoolique à prix fixé par le gouvernement genevois

Du gel hydroalcoolique à prix fixé par le gouvernement genevois

Dans le courant de la semaine prochaine, des mécènes genevois vont remettre gratuitement du gel hydro-alcoolique aux pharmacies du canton. Afin d’éviter tout abus, le prix de vente ne devra pas dépasser celui fixé par le Conseil d’Etat jeudi dans son arrêté.

Les pharmacies partenaires ne pourront remettre qu’un seul flacon par personne. Le prix maximal autorisé est de 2,50 francs pour un flacon de 100 ml, 3 francs pour un flacon de 250 ml, 4 francs pour 500 ml, a indiqué le président du Conseil d’Etat Antonio Hodgers lors d’un point de presse.

Les particuliers auront aussi la possibilité de recharger leur flacon au prix d’un franc quelle que soit la quantité mais pas plus de 250 ml par personne. « Ce sont les prix officiels », a relevé M.Hodgers. Des prix plus élevés sont illégaux et devront être dénoncés.

Plus généralement, le président du gouvernement s’est réjoui des efforts sanitaires qui ont permis d’atteindre un fléchissement de la courbe. Mais il « ne permet pas de crier victoire aujourd’hui. La sortie de crise n’est pas pour tout de suite. Il nous faut tenir bon quelques jours, quelques semaines », a-t-il insisté à la veille de Pâques.

Pour la culture

Dans le secteur de la culture, le Conseil d’Etat a adopté un arrêté mettant en œuvre l’ordonnance fédérale sur l’atténuation des conséquences économiques de la pandémie, a annoncé le conseiller d’Etat en charge du domaine Thierry Apothéloz.

Selon la clef de répartition établie, la Confédération met 27,4 millions de francs à la disposition du canton, soit 11,2 millions pour les aides d’urgence (prêts remboursables à cinq ans sans intérêt) et 16,2 millions pour les indemnisations des pertes financières.

En ce qui concerne les indemnisations, le canton doit contribuer à hauteur du même montant (16,2 millions de francs) afin d’obtenir ces ressources financières. L’aide aux acteurs de la culture se montera à maximum 196 francs par jour. Le montant de la participation des communes et de la Loterie Romande est en discussion et sera imputé sur la part du canton.

Elèves fragiles

Le Conseil d’Etat a également fait le point sur la situation dans les écoles. Le Département de l’instruction publiques (DIP) travaille sur plusieurs scénarios pour la réouverture des écoles, a indiqué la conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta. Une des pistes mise sur des ouvertures échelonnées à partir du 26 avril. Les crèches et les établissements primaires ouvriraient avant le secondaire.

Si les mesures de confinement devaient se prolonger au-delà du 26 avril, cela deviendrait très compliqué pour les élèves les plus fragiles, a relevé la cheffe du DIP. Des solutions sont cherchées en priorité pour ces élèves ainsi que pour les jeunes qui terminent le cycle d’orientation ou qui sont en classes terminales.

Mme Emery-Torracinta a rappelé que les collèges, écoles de culture générale ainsi que la formation professionnelle dépendaient de la Confédération. Une décision est d’ailleurs tombée jeudi: les examens de connaissance professionnelle et de culture générale sont supprimés. Seul le travail pratique est maintenu, sauf dans les cantons les plus touchés par la pandémie, ce qui pourrait être le cas à Genève.

Radio Lac