Accueil Revue de presse Des musées genevois s’engagent davantage pour la biodiversité

Des musées genevois s’engagent davantage pour la biodiversité

Le Département de la culture et du sport de la Ville de Genève met en place des mesures urgentes pour répondre aux défis climatiques. Les institutions culturelles et scientifiques sont d’ailleurs appelées à y jouer un rôle fondamental.

Alors que la Ville de Genève doit dévoiler d’ici le début d’année 2020 son plan climat, en réponse à une résolution du Conseil municipal qui réclame la déclaration de l’urgence climatique, le Département de la culture et du sport a dévoilé aujourd’hui des mesures urgentes au sein de ses services. Economie d’énergie, achats durables, réduction des déchets ou encore une limitation drastique des déplacements en avion. Au sein de ces mesures, l’intégration des institutions culturelles et scientifiques, appelées à y jouer un rôle important. Le but est de pouvoir utiliser leurs connaissances scientifiques pour informer la population des dérèglements climatiques et de la menace pour la biodiversité, notamment en proposant des expositions ou des débats. Le Muséum d’Histoire naturelle et le Conservatoire et jardins botaniques de la Ville se sont notamment engagés sur cette voie :

Sami Kanaan Conseiller administratif en charge du Département de la culture et du sport – Ville de Genève

Un des objectifs de ces institutions est de mettre encore davantage leurs connaissances à disposition du public, de les informer sur les enjeux climatiques de ce 21e siècle, de mettre ces sujets sur la table du débat public. Selon Nadir Alvarez, responsable de la recherche et des collections au Muséum d’Histoire naturelle, le ton des expositions ne se voudra d’ailleurs pas uniquement alarmiste.

Nadir Alvarez Responsable de l’Unité Recherche et Collections – Muséum d’Histoire naturelle

Pour son bi-centenaire, prévu en 2020, le Muséum d’Histoire naturelle prévoit de mettre cette notion de biodiversité au cœur de ses expositions anniversaire.

Autre acteur de ces changements, le Conservatoire et jardin botaniques de la Ville de Genève. L’institution souhaite prouver qu’une gestion plus durable est possible. En effet, depuis 2017, elle a reçu le label « Bio Suisse ».

Pierre-André Loizeau Directeur des Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève

Selon le Département de la culture et du sport, ces éléments présentés ne représentent que la première étape d’un processus bien plus important qui sera initié en son sein dès janvier 2020.

Radio Lac