Accueil Revue de presse Des huîtres cultivées dans le Léman

Des huîtres cultivées dans le Léman

Un projet genevois à la croisée des sciences, des arts et de l’humour. C’est ce que propose le collectif 3615 Dakota qui a mis en place une petite ferme ostréicole aux Bains des Pâquis ainsi qu’un hammam de sudation. Du jeudi au dimanche, une poignée de spectateurs sont emmenés en bateau pour écouter un récit politico-humoristique, sur fond de dégustations d’huîtres récupérées dans le lac. 

Deux rangées d’huîtres cultivées au fond de l’eau, une petite cabane sur pilotis et des panneaux explicatifs. C’est comme ça qu’a été pensé ce lieu aux Bains des Pâquis dans le cadre du « Calendrier de la Terre », un événement lors duquel – chaque soir – sont présentées des productions artistiques sur le thème de l’écologie.

A l’origine de ces huîtres, le collectif 3615 Dakota, qui réunit plusieurs « performeurs » et qui se définit comme un organisme « d’alter-réalité ». Les performances de l’association interrogent en profondeur la notion de réalité en la détournant, en la contournant ou même en l’épaississant. L’association avait déjà fait parler d’elle en vendant les pavés de la place des Grottes au moment de sa transformation ou encore en « chargeant émotionnellement » la première pierre de la Nouvelle Comédie de Genève, en récitant pendant 78 heures des pièces de Shakespeare.

Histoire 

« La forte teneur en sel gemme de la chaîne montagneuse des Alpes (…) avait créé des conditions favorables pour le développement de l’Ostréa Odulis dans le Lac Léman (…) Ces spécificités nous font aujourd’hui regarder le Bassin lémanique comme le berceau ostréicole originel », explique le collectif. Car ce projet permet d’en apprendre davantage sur l’huître: par exemple qu’au 4eme siècle avant JC, ce mollusque était considéré comme un double de l’homme, un ancêtre tutélaire et un symbole de puissance notamment.

Philosophie 

La petite cabane sur pilotis – au dessus des huîtres – est en réalité un hammam de salaison. L’objectif est d’inciter les curieux à s’y installer pour récupérer le sel de la sueur. Ce lieu joue également un rôle social, rappelle le collectif qui évoque même un « ciment social ».

Ces histoires sont comptées aux curieux par les fondateurs du collectif sur un bateau, du jeudi au dimanche soir. Loin de l’ésotérisme, ils disent chercher des nouveaux champs de perceptions. « Si on plante un récit, d’une certaine manière on plante un arbre sur lequel n’importe qui pourra se suspendre et venir y accrocher ses désirs, ses envies, ses doléances, ses rêves et ses perspectives » estime Charlie Moine, qui fait également partie de la compagnie franco-genevoise Les 3 Point de Suspension:

Charlie Moine Collectif 3615 Dakota

Charlie Moine qui prend un exemple fromager pour expliquer sa démarche. « Si des gens sont capables de nous faire croire que le babybel est du fromage, on doit être capable de cultiver des huîtres dans le Léman. Des petites AOC mentales, des petites spécificités… »

Charlie Moine Collectif 3615 Dakota

Plus d’informations sur le site internet du collectif 3615 Dakota.

 

 

 

 

Radio Lac