Accueil Revue de presse Cornavin sans voiture: la colère des taxis

Cornavin sans voiture: la colère des taxis

Cornavin revu et corrigé sans automobile aux abords de la gare. Le projet provoque la colère des chauffeurs de taxi de la place de la gare. Radio Lac est allé à leur rencontre.

Comme à leur habitude, ils sont répartis sur deux files en attendant l’arrivée de clients. Ils ont presque tous l’edition du jour de La Tribune de Genève en mains, et la nouvelle ne leur est pas inconnue: à l’horizon 2024, la place Cornavin et les alentours de la gare changeront radicalement d’apparence, et de fonctionnement. Un changement qui est loin de ravir les chauffeurs, et qui pose bon nombre de questions. Si les voitures sont exclues de la place, quelles dispositions seront prises pour que les taxis puissent fonctionner? La solution apportée par la ville: les taxis se trouveront désormais en sous-sol, au niveau du parking actuel de la gare. Sur la place ne seront autorisés que les bus, piétons, cycles et tram.

Chauffeurs de taxis sur la place Cornavin

Les chauffeurs de taxis sont en attente de clients à Cornavin (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

De vives réactions

Parmi les chauffeurs, c’est une nouvelle douche froide. Leur réaction est unanime. Pour eux, ce serait une catastrophe d’être enfermés en sous-sol. Entre les gazs d’échappement, la place et leur visibilité, les raisons sont nombreuses pour s’indigner. Certains prévoient de changer de secteurs, voire de canton, d’autres attendent patiemment la retraite. Cette révolution reflète pourtant la volonté du peuple qui s’est exprimé sur ce point: priorités au transports publics. Ce à quoi les taxis répliquent qu’ils sont eux aussi un service public, et que leur présence « à la surface » est essentielle.

Chauffeurs de taxis sur la place Cornavin

 

Radio Lac