Accueil Revue de presse Comprendre comme garantir l’intégrité numérique, aider les commerçants à faire face à...

Comprendre comme garantir l’intégrité numérique, aider les commerçants à faire face à la crise et focus sur l’initiative sur le matériel de guerre.

Aujourd’hui dans Parlons Economie, nous plongeons au coeur des enjeux d’aujourd’hui avec nos invités. Pour commencer, nous chercherons à comprendre l’importance de la garantie de l’intégrité numérique dans un monde en digitalisation constante. Nous sommes avec Bertrand Reich, président du PLR Genève qui souhaite inscrire la sauvegarde de l’intérgité numérique dans la Constitution cantonale et Macime Provini, cofondateur de OCAVE SA qui nous explique quelles données possèdent son entreprise et comment elle les utilise. Nous poursuivons avec la situation des commerçant en pleine deuxième vague de Covid-19. Pierre Brunchwig, associé-gérant de Bon Génie Grieder Brunschwig Group nous dresse le tableau d’un secteur en grande difficulté et avec peu de visibilité pour la suite.

Pour finir, nous revenons ensuite sur l’un des objets des votations du 29 novembre, l’initiative sur le matériel de guerre visant à interdire son financement. Nous faisons le point sur cette initiative avec Nathalie Hardyn, responsable politique de la CCIG et Philippe Cordonnier, repsonsable romand de Swissmem.

3 minutes pour comprendre: Faut-il garantir l’intégrité numérique ?

A l’ère du numérique, le PLR genevois souhaite inscrire la sauvegarde de l’intégrité numérique de chacun dans la Constitution cantonale. Pour notre invité, Bertrand Reich, président du PLR Genève, l’essor des technologies pose aujourd’hui de nouveaux défis et risques pour la vie privée des individus et le droit actuel est peu précis sur ce sujet. Il y a un manque de protection des individus et donc un besoin de règlementer l’utilisation des données privées.

L’enjeu est de plus en plus important en particulier avec l’arrivée de nouveaux services numériques comme les dossiers médicaux numériques ou la gestion digitale de certaines démarches administratives. C’est pour cette raison que le PLR genevois propose d’inscrire l’intégrité numérique dans la Constitution cantonale comme une première étape vers des mesures fédérales voir européennes.

3 minutes pour comprendre Faut-il garantir l’intégrité numérique ?

 

Genève innove : Comment le commerce de détail fait face à une crise qui dure ?

Nous l’évoquons régulièrement dans Parlons Economie, le commerce de détail traverse une période compliquée tant sur le plan économique qu’humain et cette seconde vague de Covid-19 ne vient pas améliorer les choses, bien au contraire…

Pierre Brunschwig, associé-gérant de Bon Génie Grieder Brunschwig Group, alerte sur une situation difficile et un manque de visibilité qui inquiète les commerçants. Il y a, aujourd’hui, un besoin que les politiques et l’exécutif réflechissent pour la suite car le semi-confinement tous les trois mois n’est pas une solution viable pour les commerçants. Notre invité demande un plan B pour faire face à d’éventuelles prochaines vagues.

Si la préoccupation sanitaire et en particulier celle de la place dans les hôpitaux a été l’unique préoccupation ces derniers mois, il est temps aujourd’hui de trouver un équilibre car la santé des populations passent aussi par leur bien-être et c’est un drame humain qui se joue chez les commerçants à ce jour.

Genève innove Comment le commerce de détail fait face à une crise qui dure ?

 

Le Focus : L’initiative sur le matériel de guerre

Le 29 novembre prochain, les citoyennes et citoyens suisses vont s’exprimer sur une initiative populaire « Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre ». Nous recevons Nathalie Hardyn, responsable politique à la CCIG et Philippe Cordonnier, responsable romand de Swissmem pour un focus sur cet objet.

Tout d’abord, quel est l’enjeu de cette proposition ? Il s’agit d’une initiative portée par le « groupe pour une Suisse sans armée » et qui prévoit d’interdire le financement de tout le matériel de guerre, sans distinction, c’est-à-dire d’interdire d’octroyer des crédits aux producteurs d’armes et également de détenir des actions liées aux entreprises produisant du matériel de guerre.

Nathalie Hardyn nous explique que la CCIG est contre cette initiative car il existe déjà une loi qui interdit la fabrication et le financement de certains types d’armes comme les armes nucléaires par exemple et qu’aller plus loin dans cette réglementation en interdisant toute entreprise à réaliser plzs de 5% de son chiffre d’affaires annuel dans la production d’armes pourrait pénaliser les entreprises suisses.

Philippe Cordonnier, responsable romand de Swiss meme nous explique. Aujourd’hui en Suisse, de très nombreuses PME travaillent dans le domaine des machines et, bien que la plupart de leur production soit de l’ordre de l’équipement civile, elles contribuent aussi en petite partie à la production de matériel pouvant être considéré comme du matériel de guerre. La plupart du temps, l’industrie du matériel de guerre recquiert des technologies d epointes et cette activité permet donc aux entreprises d’innover, de se spécialiser puis d’adapter ces technologie au domaine civile. Le problème avec l’initiative est que les PME se verraient interdire cette production qui est pourtant essentielle à leur développement et à l’innovation en Suisse.

Plus de détails avec Nathalie Hardyn et Philippe Cordonnier:

Le Focus L’initiative sur le matériel de guerre

Radio Lac