Accueil Revue de presse Comment reconnaître des achats compulsifs ?

Comment reconnaître des achats compulsifs ?

Pulls colorés, aspirateurs, télévisions, on peut facilement se retrouver avec de nombreux articles lors d’une virée shopping. Il faut cependant faire la nuance entre « achats plaisir » et « achats compulsifs ». 

L’oniomanie, le trouble de l’achat compulsif, peut avoir de graves conséquences pour les personnes concernées. Il est défini comme un « comportement d’achat inapproprié », une envie irrésistible d’achats. L’oniomanie dépasse le simple achat sur un coup de tête, que nous avons tous expérimentés à différents degrés, il peut même mettre en danger la personne, notamment en termes financiers.

Lors d’une foire, ou d’une séance shopping, il nous est tous arrivés de faire un achat impulsif. Acheter une nouvelle télévision, par exemple même si nous en possédons déjà une. Il y aura le côté nouveauté, une qualité meilleure que celle qu’on possède déjà.. Nous allons avoir du plaisir lors de l’achat, mais également par la suite où nous pourrons profiter de notre nouvelle acquisition, se rappeler à des bons souvenirs vécus ce jour-là, etc. Nous pourrons également simplement profiter de notre escapade shopping en rencontrant une connaissance, en buvant un café, en déambulant. Un acheteur compulsif, par contre, ne ressentira que du plaisir lors de l’instant dépense.

Bonsoir Genève Achats Compulsifs 1/2

Quand on parle de troubles d’achats compulsifs, on ne parle pas de se laisser tenter par ce téléviseur, mais d’en acheter plusieurs. On n’achète pas ici un objet pour ses caractéristiques, mais bien pour l’action d’acheter. La personne concernée ne va éprouver du bonheur que lors de la transaction, mais sans profiter par la suite. Elle pourrait même ne jamais utiliser son acquisition! Et cela peut avoir de lourdes conséquences, notamment financières : emprunts, dettes, on peut facilement basculer dans des situations complexes.

Bonsoir Genève Achats Compulsifs 2/2

Des solutions existent : le dialogue évidemment, un suivi chez un spécialiste ou même contacter les HUG qui disposent d’un centre pour traiter les dépendances.

Radio Lac