Accueil Revue de presse Bilan positif pour le plan de solidarité communal du canton

Bilan positif pour le plan de solidarité communal du canton

Le département de la cohésion sociale tire un bilan fort encourageant des actions mises en place dans les communes, dans le cadre des plans de solidarité communaux (PSC), dès le début de la crise liée au coronavirus. Le canton leur a demandé notamment d’apporter un soutien et du réconfort aux plus vulnérables, parmi eux les personnes âgées isolées. 

Les 45 communes genevoises sont loin d’être restées inactives au plus fort de la pandémie de Covid-19. Après avoir invoqué l’état de nécessité le 16 mars, le gouvernement genevois a fait appel aux autorités communales afin qu’elles mettent en place un plan de solidarité, complétant celui du canton. Dans leur majorité, les communes ont pu faire face à la crise. Les explications de Thierry Apothéloz, conseiller d’état en charge de la cohésion sociale.

Thierry Apothéloz Conseiller d’état en charge de la cohésion sociale

Au total, 29 des 45 communes genevoises ont affecté du personnel de leur administration à cette tâche. Un grand nombre de collectivités a aussi eu recours à des bénévoles. Près de 1200 personnes se sont proposées et ont apporté leur aide aux plus fragiles, en leur livrant par exemple les courses ou en jetant leurs poubelles. Le conseiller d’état Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d’état en charge de la cohésion sociale

Si les communes ont su réagir promptement pour la plupart, quelques-unes ont avoué avoir eu des difficultés à mobiliser le personnel et les bénévoles dans le laps de temps relativement court qu’imposait la situation extraordinaire. Les élans de solidarité spontanés n’ont toutefois jamais manqué. Un plan d’action qui a permis de tirer des enseignements pour l’avenir. Les détails de Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d’état en charge de la cohésion sociale

Quel plan pour l’avenir?

Alors que la crise sanitaire semble s’éloigner, la crise économique qui menace inquiète. Une commune genevoise sur cinq voit l’avenir social avec une certaine appréhension. Le risque de précarisation de la population et l’isolement des personnes vulnérables arrivent en tête des préoccupations des communes. Si le bilan est globalement positif, le Conseiller d’Etat en charge de la cohésion sociale Thierry Apothéloz pense, lui, déjà à des plans d’avenir.

Thierry Apothéloz Conseiller d’état en charge de la cohésion sociale

Des collectivités ont aussi fait appel à des partenaires extérieurs pour faire face à l’épidémie de nouveau coronavirus et aider les plus vulnérables. Des organismes comme la Croix-Rouge genevoise, Pro Senectute ou encore la Plateforme des associations des aînés ont été sollicités et intégrés dans le plan de solidarité.

Miguel Hernandez avec ATS

Radio Lac