Accueil Revue de presse Au cœur des rayons pour dénicher le sucre

Au cœur des rayons pour dénicher le sucre

Pour la sixième année consécutive, l’association Diabète Genève met sur pied des parcours éducatifs dans les rayons des supermarchés Le but ? sensibiliser les consommateurs au sucre et aux produits à privilégier. 

Une douzaine de personnes se pressent autour d’Odile Rossetti, diététicienne pour l’association Diabète Genève. Durant plus d’une heure, elle prodigue ses bons conseils sur le diabète et le sucre ainsi que ses recommandations pour ne prendre aucun risque. Il faut dire que le diabète est un des maux de ce 21e siècle. En 2017, on dénombrait plus de 800’000 diabétiques et pré-diabétiques en Suisse, soit près de 10% de la population! Et selon les projections de la Fédération internationale du diabète, on constatera une augmentation de 26% de personnes touchées d’ici 2045. Un vrai fléau qui a des conséquences, tant quotidiennes que sur notre santé.

Le groupe est attentif, pose des questions, s’interroge de la présence du sucre dans autant d’aliments.  « C’est pas possible » lance une des participantes quand on lui indique la présence de près de 81 g de glucides (dont 34 de sucres) pour 100g d’une marque bien connue de céréales de petit-déjeuner.

Le parcours débute au rayon fruit et légume. Odile Rossetti rappelle à l’assemblée que l’alimentation équilibrée d’une personne diabétique est l’alimentation que chacun devrait suivre pour être en bonne santé. L’occasion de se remémorer ses cours de biologie et la fameuse pyramide alimentaire.  Dans l’assiette, les légumes sont à privilégier, car peu énergétique et faible en glucides. Il existe cependant des exceptions, comme les pommes de terre, le maïs ou encore les petits pois, considérés comme des farineux.

Quantité variable de sucre

Puis, direction le rayon des produits laitiers. Les laitages contiennent des glucides, même les produits nature ou allégés. Le taux de sucre peut même être trois fois plus élevé dans des versions sucrées! Attention également aux produits « détournés ». La margarine, le beurre ou la crème sont des graisses, tout comme certains fromages à tartiner, qui se rapprochent plus d’une graisse que d’un fromage.

Place ensuite aux produits prêts à la consommation. S’ils peuvent dépanner en cas de planning chargé, il ne faut pas pour autant leur donner beaucoup d’importance. Certains de ces plats sont riches en graisse, mais également en sel. Attention à ces produits « cachés », mieux vaut privilégier des produits naturels à apprêter soi même!

Côté viande et poisson, ce sont des aliments riches en protéines et qui ne contiennent que des traces de glucides. Mais le diabète ne se limite pas qu’au sucre, mais à l’alimentation dans sa globalité. A privilégier donc des viandes maigres comme le poulet ou la dinde, contrairement à la charcuterie, aux saucisses ou encore à la viande hachée.

Finalement, les huiles. Elles font partie des graisses et leur consommation doit donc être raisonnable. Il faut également savoir prendre des graisses de bonne qualité, comme celles riches en acides gras dits mono-insaturés (olives, colza) et de compléter avec des acides gras Oméga 3, comme les huiles de lin ou de noix.

Ces visites de rayon continuent, notamment demain jeudi à 10h, 14h30 et 17h15 à la succursale Migros-Meyrin. Inscription obligatoire sur le site Diabète Genève.

Par ailleurs, l’association sera également présente lundi 11 et mardi 12 novembre aux Automnales sur le stand des HUG pour du dépistage gratuit.

Radio Lac