Accueil Revue de presse Antoine Hubert: « je suis un adepte de la méthode suédoise »

Antoine Hubert: « je suis un adepte de la méthode suédoise »

Le patron de Swiss Medical Network qui emploie 2500 médecins indépendants en Suisse et gère 21 établissements de soins estime que les mesures sanitaires sont disproportionnées actuellement. Il était lundi soir au Cercle des dirigeants d’entreprises à Genève. 

A Genève, selon les chiffres du médecin cantonal, une seule personne souffrant de la COVID-19 était aux soins intensifs ce lundi 28. Les soins intermédiaires comptaient 4 patients et 21 étaient en unité de soins normaux. Un chiffre en baisse par rapport à la semaine dernière, où ils étaient 30. De plus, aucun décès n’est à déplorer depuis le 21 septembre. Antoine Hubert était invité lundi soir à Genève par le Cercle des dirigeants d’entreprises. L’administrateur délégué de Swiss Medical Network, qui gère 21 établissements hospitaliers en Suisse, a dit son inquiétude pour l’économie. Les mesures actuelles sont complètement disproportionnées. Antoine Hubert.

Antoine Hubert Administrateur délégué de Swiss Medical Network

Selon le PDG, de nombreux patrons et professionnels de santé estiment que les mesures sont disproportionnées et que la post-crise n’est pas bien gérée. Mais tout avis divergent serait aussitôt discrédité, selon Antoine Hubert.

Antoine Hubert Administrateur délégué de Swiss Medical Network

Le patron de Swiss Medical Network prend l’exemple du tabac qu’on interdit pas alors qu’il est responsable d’un nombre de morts encore plus important que le COVID. Il rappelle que les hôpitaux privés se sont mobilisés durant la crise. Et ils sont prêts à faire de même aujourd’hui.

Antoine Hubert Administrateur délégué de Swiss Medical Network

De nombreuses opérations ont été annulées durant la crise et certains établissements hospitaliers ont souffert économiquement sur l’Arc lémanique.  Antoine Hubert.

Antoine Hubert Administrateur délégué de Swiss Medical Network

Antoine Hubert vit à Zürich en ce moment. La situation serait plus sereine outre-Sarine selon lui.

 

Radio Lac