Accueil Revue de presse A Genève, la principale peur des plus précaires est d’ordre financier

A Genève, la principale peur des plus précaires est d’ordre financier

Une étude de Médecins sans frontières (MSF) et des HUG permet de mieux comprendre qui sont ces personnes qui patientent des heures pour recevoir de l’aide alimentaire à Genève. Les données recueillies indiquent que la moitié sont des sans-papiers.

L’étude a été menée lors de la distribution alimentaire qui avait été organisée le 2 mai par la Caravane de Solidarité. Quelque 2500 personnes s’étaient rendues ce jour-là à la patinoire des Vernets dans l’espoir de recevoir un sac de nourriture et quelques articles d’hygiène d’une valeur de 20 francs.

Au total, 532 personnes ont été interrogées, font savoir lundi MSF et HUG. Les trois-quarts de l’échantillon étaient des femmes, avec un âge moyen de 44 ans. Les personnes sans statut légal représentaient 52% des participants. Il y avait 3,4% de citoyens suisses, 28,3% de résidents avec titre de séjour et 4,3% de requérants d’asile.

Une personne sur dix indiquait vivre dans un hébergement collectif ou dans la rue. Pour les autres, le logement dans lequel ils disaient dormir avait en moyenne 1,9 pièce et abritait 4 personnes en moyenne. 3,4% des participants à l’étude ont été testés positifs au Covid-19.

Seuls 40% des répondants avaient une assurance maladie et uniquement 10% des sans-papiers, relèvent MSF et les HUG. Les sondés se sont déclarés dans leur très grande majorité préoccupés par la situation liée à la pandémie. Leur grande peur est d’ordre financier, puis vient l’emploi. La crainte d’être contaminé arrive en dernier.

Radio Lac