Accueil Revue de presse #19 Moi, Manon, 25 ans, stagiaire chez Radio Lac

#19 Moi, Manon, 25 ans, stagiaire chez Radio Lac

Episode 19: Bientôt la fin

Episode 19 de mon interlude de stagiaire chez Radio Lac. Comment? Déjà? Qu’ouïs-je, qu’entends-je? C’est déjà presque la fin de ces six mois. Ça peut vous paraître tôt, mais nous sommes déjà le 9 février, la fin du mois va arriver à grande vitesse pour moi. En attendant, j’ai encore pleins de choses sur le feu, beaucoup d’idées, de reportages, d’envies, encore besoin de faire mes preuves. Mais il me reste quelques jours pour ça. Cependant, ce qui m’a sauté au yeux en commençant l’écriture de cet épisode, c’est qu’il y a certaines choses dont je ne vous ai pas parlé encore, mais qui font parties de mes expériences préférées à la radio! Vous avez peut-être entendu, début janvier, une série sur le salon Vénusia. Voilà une histoire qui mérite d’être contée.

Tout a commencé par un sujet lancé dans la rédaction, sans priorité extrême, mais qui m’avait intrigué et sur lequel j’avais commencé à travailler, ce sujet en question parlais d’une formation dispensée aux travailleurs du sexe. Je ne sais pas pourquoi, mais ce type de sujet évoquant la défense des droits, des libertés, la cause des femmes ou des enfants me parlent toujours beaucoup et me passionne. J’aime beaucoup partir en enquête, passer quelques coups de téléphone, rencontrer les personnes concernées…

Pour ce sujet, j’ai donc commencé par interviewer l’association genevoise de défense des droits des travailleurs du sexe. ce reportage avait beau être très intéressant, j’avais l’impression de passer à coté de quelque chose, un certain gout d’inachevé. J’ai commencé à me dire que pour rendre une image réelle et complète, j’allais devoir rentrer dans un salon de massage. Le choix était alors vite fait, puisque le salon dont tout le monde connait le nom et la tenancière ici, c’est le Vénusia et la fameuse Madame Lisa. Il m’a tout de même fallu quelques jours avant d’oser décrocher le téléphone pour y demander la mère maquerelle. Puis une voix douce (et peut être simplement plus normale que je ne l’avais imaginée) me répondit gentiment que je pouvais venir dans le salon prochainement pour cette interview.

Il faut dire que Madame Lisa est un personnage public. J’avais regardé de nombreuses interviews, regardé un film documentaire sur elle, après avoir beaucoup exploré la vie de Grisélidis Real, activiste et prostituée, je leur trouvais des ressemblance. La semaine suivante, j’avais donc rendez-vous. Suffisamment de temps pour me retourner l’esprit dans tous les sens, me demander comment cela se passerait, si j’allais réussir à produire quelque chose d’intéressant. En arrivant devant le salon, je commençais à angoisser un peu, ce qui est plutôt rare. Une petite porte donnant sur la rue, quelques escaliers qui descendent, puis on se retrouve dans un hall plutôt classique. Au fond du couloir, des regards se tourne vers moi. Elles attendaient surement un homme. Une jeune femme vient à ma rencontre, avec un grand sourire et un accent étranger.  Je lui dis que je viens voir Lisa, elle me propose alors de me faire visiter. Je décline, je lui explique que je viens pour la radio, pour interviewer la patronne. Elle renonce alors et m’emmène dans une pièce au fond du salon. Nous passons devant plusieurs pièces, s’ouvrant grâce aux empreintes. Le petit salon ou on m’installe est une sorte de boudoir, des sièges en cuir et une belle collection d’ouvrages font partie de la décoration. Une forte odeur de cigare flotte dans l’air, mélangée avec l’odeur de la cigarette basique que fume une femme déjà installée la. Je me présente, elle me dit qu’elle est une amie de Lisa. Un homme entre, jeune. Je comprends rapidement qu’il s’agit de son fils, pour avoir lu qu’il travaillait à ses cotés au salon.

Au bout de quelques minutes, Lisa entre et m’accueille avec le sourire. Les autres sortent de la pièces et je prépare mon matériel. Nous abordons en premier des questions assez techniques. – Des contrôles de la brigades des mœurs? On en reçoit tous les mois maintenant. Avant c’était beaucoup moins.. Les filles savent ce qu’elles ont à faire, on ne doit pas les infantiliser et les culpabiliser avec ces formations –

Puis au fur et à mesure, les questions que je me pose deviennent plus personnelles, plus détendues aussi, et je sens que Lisa est plus à l’aise pour y répondre. Je trouve le sujet de sa vie professionnelle et privée passionnant. L’interview continue une demi-heure au micro. Je le pose ensuite et le range, mais ma curiosité n’est pas encore satisfaite. Nous avons échangé encore une heure par la suite, sans que rien ne soit enregistré. Des moments clés de sa vie, comment elle est devenue prostituée, des anecdotes sur ses clients, ou ses collègues, ses expériences à la télé, nous abordons tout simplement un grand nombre de chose, et je suis reconnaissante de ce moment ou la tenancière au caractère bien trempée se livre à une inconnue. Pour finir cette entrevue, j’ose évoquée la comparaison qui me trotte dans la tête depuis le début: « Vous ressemblez tout de même beaucoup à Grisélidis Real. Aujourd’hui vous êtes là pour parler de ce métier, en défendre les droits, vous avez un chemin similaire. – Oui, c’est juste, me répond la maquerelle en jouant avec les lacets de son haut. Mais pas tout à fait. Elle a beaucoup souffert, c’était dur pour elle. Pas pour moi, j’aime trop ce que je fais. Je ne me vois pas arrêter pour le moment. »

Radio Lac